Archives
Le 10 avril 2019 - 19h30

Projection de "François Morelli l'artiste"

Prix :
8 $ régulier / 7 $ réduit / gratuit 17 ans et moins
Lieu :
274 rue Michaud
Par :
Synopsis

Un documentaire produit par Les Éditions de Mévius et réalisé par Suzanne Guy. À travers l'œil de la cinéaste, le spectateur est amené à suivre l'artiste dans son quotidien, de son atelier à sa salle de classe où il enseigne à l’Université Concordia, puis, témoigne de rencontres émouvantes et de performances artistiques inédites, à Montréal et New-York.

Les images sont signées du directeur de la photo Philippe Lavalette et le montage est de Yves Chaput.
La musique originale est composée par David Thomas.
Durée : 48 m


Bande annonce et plus d'informations.

Deuxième partie

L’atelier, 1974
Exploration filmique avec le corpus des 8 attrape mouches qui forment l’œuvre Recueillements, 1974 et l’œuvre Autoportraits ,1974. Premier film de François Morelli, ce court métrage explore la translucidité des attrape-mouches, placés devant la fenêtre de la chambre de l’artiste, dans le logement familial situé sur la rue de Cuvillier à Montréal et une sérigraphie autoportrait imprimée sur toile au mur dans son premier atelier au sous sol du même logement.

Format d’origine : film couleur 8 mm, muet
Durée : 3m35s



Beached, 1985
Caméra : Darrell Wilson
Première intervention performative de François Morelli avec les souches d’arbres morts, trouvées dans la rue où était situé son atelier à Hoboken, New Jersey. Performance à Sandy Hook, au New Jersey, sans public faite à son retour de la Marche Transatlantique 1945-1985, en 1985. Cette marche internationale, commémore le 40 e anniversaire du bombardement d’Hiroshima, le 6 août 1945. L’artiste entame son périple au pied du mur de Berlin, le 7 août 1985. Avant de rejoindre Philadelphie – siège de l’indépendance des États-Unis d’Amérique –, le 1 er septembre, il traverse Cologne, Amsterdam, Paris, New York et Hoboken. La performance aborde la présence du masque, dans ce cas-ci celui de l’escrimeur. Dans le segment de Berlin de la Marche Transatlantique 1945-1985, l’artiste porte un demi- masque respiratoire anti chimique.

Format d’origine : film noir et blanc 16 mm, muet Durée : 4m33s

Le Pont, 1989
Exploration filmique lors d’une performance avec le feu, sans public, en bordure du pont Benjamin Franklin Bridge à Philadelphie, réalisée à la suite de l’intervention Reforestation, déployée quelques jours auparavant dans cette même ville. Filmé avec une caméra Bolex fixée sur un trépied.

Format d’origine : film couleur 16 mm, muet
Durée : 5m06s


Atlas (17 septembre 2006), 2006,
Caméra : Julian Morelli; Montage : Julian Morelli
François Morelli participe à l’exposition collective Réingénierie du Monde, présentée conjointement à la Maison de la culture Frontenac et à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, à Montréal. Morelli y présente la sculpture L’espace entre les hémisphères qu’il créa en 1995 pour une exposition du même titre, au CAUE de Limoges en France. Il se déplace avec la sculpture, à tour de rôle dans les deux maisons de la culture. Il fait cette action les quatre samedis de la durée de l’exposition. Un premier document vidéo présente la marche du 10 septembre 2006, alors qu’il transporte l’élément sculptural, dans le cours d’une action publique urbaine, de la Maison de la culture Plateau-Mont-Royal vers la Maison de la culture Frontenac et qu’il installe l’œuvre dans la salle d’exposition. La vidéo présentée montre l’artiste réaliser le parcours inverse, le 17 septembre. L’artiste porte alors des souliers dont chaque semelle comporte le tampon caoutchouc d’un arbre déraciné, motif que l’on peut voir sur les étiquettes fixées à la sculpture qu’il transporte, en équilibre sur sa tête.

Format : vidéo HD couleur
Durée : 4m04


Re-enactment, 2016
Caméra : François Morelli et Gabriel Beckinger Film réalisé sur une plage à Alibag, en Inde lors d’une résidence du CALQ avec l’organisme What About Art à Mumbai. L’artiste filme un escargot qui trace un cercle dans le sable. Le lendemain il retourne au même endroit accompagné de l’artiste Français Gabriel Beckinger. Tenant une spatule de cuisine en bois dans sa bouche il rampe au sol et trace un cercle dans le sable, reprenant en quelque sorte le mouvement lent de l’escargot.

Format : vidéo numérique couleur
Durée : 10m01


Le Paradis

Espace de travail, de diffusion et de création artistique

Capsules du Paradis
Infolettre du Paradis
CKMN.FM
Soutenez le Projet Paradis en visitant nos partenaires!
Aimez-nous sur facebook