Archives
Le 16 avril 2019 - 19h30

Projection de "La Fin des terres"

Prix :
8 $ régulier / 7 $ réduit / gratuit 17 ans et moins
Lieu :
274 rue Michaud
Par :
Synopsis

précédé de AVANT L’AUTOMNE
DE SARAH BARIL GAUDET•  2018 • 15 MIN
À la veille d’un inévitable exil vers les centres urbains, la jeunesse du Témiscamingue  est déchirée entre la quête d’un avenir meilleur et l’attachement à son territoire.


Sur fond d'errance à travers les lieux qui ont fait le Québec, La fin des terres interroge le récit québécois en donnant la parole à des jeunes qui n'ont pas pu voter au référendum de 1995. C'est à partir d'eux-mêmes qu'ils cherchent aujourd'hui à créer de nouvelles « Terres des Hommes ».


La petite histoire derrière le film

Hors norme à l'écran, La fin des terres l'est aussi dans la démarche adoptée par sa productrice. Désireuse de recruter les artisans de demain, elle a choisi d'inviter trois finissants de l'école des médias de l'UQAM, provenant de trois spécialisations différentes, à venir créer leur toute première œuvre professionnelle au sein du Studio documentaire de l'ONF. Après un processus de sélection ce sont le réalisateur Loïc Darses, le monteur Philippe Lefebvre et la directrice photo Charlotte Lacoursière qui ont été sélectionnés [1]. Nous avons rencontré Mme Loumède pour qu'elle nous en dise plus long sur ce processus qui aura duré au total plus de trois ans.

Le projet est né du désir d'ouvrir des portes à des tout jeunes cinéastes, qui ne viennent pas forcément d'eux-mêmes cogner à la porte de l'ONF, nous dit-elle. Partant de ce constat, je me suis dit que c'était à moi d'aller les chercher, car je considère qu'il est indispensable que nous travaillions avec la jeunesse. Au cours de l'histoire de l'ONF, qui fête cette année ses 80 ans, les jeunes ont toujours eu une place importante. Avec l'aide de Paul Tana, Diane Poitras et Denis Chouinard, j'ai choisi trois jeunes issus de corps de métiers différents du BAC en cinéma à l'UQAM. On leur a demandé d'écrire une lettre d'intention et je les ai rencontrés en entrevue. L'idée était simple: si vous aviez l'occasion de venir faire un film avec nous, pourquoi devrais-je vous prendre? Qu'est-ce que ça veut dire pour vous de faire un film à l'ONF? Il fallait qu'ils aient envie de venir avec nous! C'était l'élément essentiel pour que cela fonctionne.

Ensuite, renchérit la productrice, je leur ai proposé de réfléchir ensemble et de m'amener trois projets qu'ils aimeraient voir porter à l'écran. Puis, on a clairement défini les rôles de chacun: Loïc, cinéaste, Philippe comme monteur et Charlotte à la photo. Malgré tout, il était important qu'ils réfléchissent en groupe. Lorsqu'ils sont arrivés avec leurs idées, j'ai demandé à Loïc laquelle des trois il trouvait la plus risquée, celle où il se sentait le moins confortable. Et c'était ce qui est devenu La fin des terres... le projet le moins défini, celui qui avait le plus de recherches. Je lui ai demandé de faire un film en fonction de sa perception de jeune homme de 21 ans [Loïc Darses en a désormais 25, NDLR]. N'essaye pas d'être un autre que qui tu es. Ça a été à peu près ma seule contrainte. C'était un rendez-vous intergénérationnel formidable. Raconter le grand récit québécois, appelons ça le combat identitaire, qu'est-ce que ça veut dire maintenant? En parlant du film avec eux, moi qui a vécu ces événements en 80 et 95, je dû complètement déprogrammermes souvenirs. Ça a été tout un apprentissage!

Sur la vision du cinéaste, et sur sa façon d'envisager son film, Madame Loumède précise: Loïc est arrivé avec une pensée, une grammaire du cinéma, et une approche bien définies. L'idée derrière son film est vaste, mais l'approche est précise. Il sait ce qu'il cherche autant sur la forme quesurle contenu. Il m'a proposé une vision sur la parole, sur ses intervenants qu'il a choisis lui-même. On a commencé par faire les entrevues. On a fait ça pendant des semaines. Il a accumulé des heures et des heures de confidence. Par la suite, on a commencé à monter le son. L'image n'est venue qu'après. Il a beaucoup insisté pour que le résultat soit le plus beau possible.

Bande annonce et plus d'informations.

Le Paradis

Espace de travail, de diffusion et de création artistique

Capsules du Paradis
Infolettre du Paradis
Hôtel Rimouski
Soutenez le Projet Paradis en visitant nos partenaires!
Aimez-nous sur facebook